Fermer

Merci de saisir vos codes d'accès...

  Se connecter
Pseudo
Mot de passe
  (Oublié votre pseudo ou mot de passe ?)

Si vous n'avez pas de codes d'accès, inscrivez-vous ! C'est gratuit et rapide.

S'inscrire

Avatar (James Cameron-2009)

Commentaires

Thierry

Lausanne

103

12807

Note: 8.26

 

Commentaire, Analyse, SPOILER ! | Version: 1 | Dernière modification:

Un thème important du film est celui de l’expérience. L’expérience au sens d’éprouver personnellement, de vivre des émotions, de ressentir, d’expérimenter... C’est d’abord l’expérience du spectateur, qui pour la première fois assiste à un tel spectacle, c’est l’expérience du héro qui découvre à travers son avatar une vie plus enrichissante, c’est enfin l’expérience de tout un peuple qui se révolte contre une situation qui semble perdue d’avance.
Beaucoup de choses ont été écrites sur les innovations « révolutionnaires » qui ont été développées pour ce film. C’est pourquoi il était attendu au tournant. Ce qui est intéressant, c’est de voir de quelle manière ces nouvelles technologies ont été utilisées ici: pour nous plonger dans une forêt luxuriante, dans un monde sans technologie, pour nous émerveiller de la richesse et de la beauté de la nature… Cette démarche paradoxale est bien au cœur de ce film qui parle d’avatars, c'est-à-dire de réincarnations numériques. C’est à une vraie expérience d’émerveillement enfantin que nous convie le réalisateur. Et c’est effectivement ce qui m’a le plus enthousiasmé dans ce film : découvrir cette faune et cette flore extraterrestre, à la fois proche et éloignée de la notre, imaginaire et si réellement rendue, grâce à tant d’artifices informatiques.
Le terme avatar est connu par un petit nombre de joueurs depuis de nombreuses années. Ce personnage pixellisé (qui représente l’utilisateur dans le cyberespace) symbolise, aux yeux de ses détracteurs, la médiocrité et la pauvreté de cette vie virtuelle émergente. Le film nous montre une autre situation: dès que le héro se trouve dans son avatar, il éprouve un sentiment de liberté, de plaisir et de bien-être. Au fil de ses expériences, il ressent, et nous fait ressentir aussi, la difficulté de revenir dans sa vraie vie et son véritable corps. Ce thème va certainement devenir de plus en plus récurrent dans les œuvres à venir, tant il fait écho à des problèmes sociaux réels et à des thèmes poétiques ancestraux : « Tchouang-tseu rêva qu’il était un papillon puis, au réveil, se demanda s’il n’était pas un papillon rêvant qu’il était un homme. » (Fable chinoise du IVe siècle av. J-C). Le film Avatar va certainement contribuer à rendre moins péjoratif et plus complexe le terme même d’avatar.
A un moment, un militaire dit « nous devrons lutter contre des indigènes motivés parce qu’ils défendent leur territoire ». Mais que vaut cette connaissance théorique comparée à la force que donne l’expérience du sentiment de révolte ? Cameron nous fait ressentir, nous fait expérimenter la puissance de cette émotion. J’ai l’impression que tout le film est construit pour nous faire éprouver cette sensation. L’un des messages importants du film est précisément là : ne pas rester passif, comme un spectateur résigné de la déchéance du monde. Alors que les injustices sociales, politiques et écologiques sont innombrables, il est à parier que de nombreux spectateurs à travers le monde trouveront dans ce film un élan galvanisant.
Bien sûr le scénario a un air de déjà vu, avec une histoire revisitant la lutte entre cowboys et indiens, avec un grand nombre d’emprunts à l’imaginaire des œuvres de science-fiction et de fantastique ou encore avec des clichés sur la méchante armée et la gentille tribu. Mais tant pis, l’intérêt de ce film réside peut-être précisément dans cette synthèse d’histoires et ce savoir-faire de conteur, et il réside bien sûr dans l’expérience spectaculaire que permet un nouveau genre d’immersion de synthèse numérique en 3D.

Un coup de pouce pour ce texte ?
1

JoBill

Lausanne

64

11273

Note: 5.14

 

Commentaire | Version: 1 | Dernière modification:

Ce film m’a fait l’impression d’un tour de montagne russe (virtuelle) dans un parc d’attraction dernier cri. C’est (évidemment) une superbe maquette de démonstration qui tend à prouver que nous pouvons effectivement passer 2h30 avec des lunettes sur le nez sans pour autant commencer à vomir partout, maintenant est-ce une réelle avancée pour le cinéma ?... la discussion reste ouverte.
Oui le résultat est très bluffant, oui les humanoïdes sont ma foi très bien reproduits et animés mais je reste convaincu que la finalité du cinéma n’est pas d’amener le luna park en ville!
J’ose à peine dire un mot sur le scénario qui est une démonstration de mièvreries binaires tellement l’ensemble est manichéen (bouh! la guerre, vive les arbres… attention au mal de tête...)... c’est tellement consensuel que je pense que cela doit même être assez difficile d’arriver à ce niveau de perfection de soupe : réussir à surtout ne choquer personne!!
Alors si on reste positif, il faut laisser passer cette vague de démonstrations de technologie, faire en sorte que nous mangions des téléviseurs 3D par pack de 12 pour que tout ces braves gens aient leur retour sur investissement puis, ensuite, espérer que cette « nouvelle technologie » inspire de véritables réalisateurs/auteurs pour effectivement, peut être, emmener le cinéma ailleurs, mais tout cela reste très hypothétique… Cela dit j’ai assez bien noté le film :-)... c'est bon de se détendre parfois... un peu.

Un coup de pouce pour ce texte ?
0

stef

lausanne

41

6563

 

Commentaire | Version: 1 | Dernière modification:

Ca faisait longtemps que je ne voyais pas autant d'engouement pour un film ... billets à acheter à l'avance, queues de 45 pour entrer en salle, tout le monde en parle les petits comme les grands: ça fait plaisir de voir que le cinéma attire encore les foules. Bien sur Cameron a dû sortir les grand moyens avec cette nouveauté du 3D: et bien sur ça vaut le détour. L'histoire est jolie mais effectivement un peu du déjà vu ... le message est sympa et écologique : on peut ne pas baisser les bras devant les injustices même si on pourrait s'avouer trop faible devant les "gros méchants" ... l'union fait la force et on peut faire passer les bons messages. PS Je n'ai pas bien compris pourquoi ill est interdit au moins de 12 ans ... mon neveu de 10 ans brûle d'envie d'aller le voir car il en a entendu parler par tous ses copains et perso je ne vois pas qu'est-ce qu'il pourrait le choquer ...

Un coup de pouce pour ce texte ?
0

< Retour au CritiScope | Retour au TOP