Fermer

Merci de saisir vos codes d'accès...

  Se connecter
Pseudo
Mot de passe
  (Oublié votre pseudo ou mot de passe ?)

Si vous n'avez pas de codes d'accès, inscrivez-vous ! C'est gratuit et rapide.

S'inscrire

Le Poilu (Olivier de Rességuier-2010)

Commentaires

Edouard

23

6653

 

Commentaire | Version: 1 | Dernière modification:

Le village de Lémine-Le-Bas est en cendres. Le poilu a tout dévasté sur son passage, ne laissant – bien involontairement - qu’un seul survivant, blessé. Ce dernier parvient à se traîner au village de Lémine-Le-Haut, prochaine étape du Poilu, pour prévenir la population de son arrivée. Mais trop tard… Dans le même temps, deux compères vagabondent de village en village le plus discrètement possible. Ils sont cependant pris pour des hommes du Poilu et doivent fuir après s'être vaillamment défendus.
Une bande dessinée destinée plutôt à un public adultes – vieux adolescents. En effet, les dessins, en noir et blanc, ne sont pas à la portée de tous, et certainement pas des plus petits. Je veux parler des traits dont les paysages et les formes sont une suite de courbes et de lignes qui donnent au départ mal à la tête. Il faut clairement s’y habituer, et cela ne se fait pas en un clin d’œil. Il faut apprivoiser l’ouvrage, poursuivre la lecture de ces 180 pages.
L’effort en vaut cependant la peine. Cette odyssée sans véritable but possède de nombreux personnages qui valent le détour : une tête sans corps à l’esprit vengeur, un guerrier surhumain et craint, un vagabond charmant et habile, un autre laid et maladroit, une ribambelle de personnages mus par l’argent. Tous se croisent, se fuient, se recroisent dans une ambiance absurde, à l’humour toujours bien placé, et qui accroche le lecteur de bout en bout – pourvu qu’il ait pu en dompter les dessins.
Des questions pourront rester sans réponse. Qu’importe ! On aura été happé par l’ouvrage, on aura adoré certaines scènes – entre autres, mais la liste n’est pas exhaustive, la pièce de théâtre à Lémine-Le-haut, l’achat de Louis par le seigneur -, et on aura tourné les pages avec un sourire synonyme de ‘quelle histoire, j’adore !’.
Un Poilu peu conventionnel qui mérite absolument un détour.

Un coup de pouce pour ce texte ?
0

< Retour au CritiScope | Retour au TOP