Fermer

Merci de saisir vos codes d'accès...

  Se connecter
Pseudo
Mot de passe
  (Oublié votre pseudo ou mot de passe ?)

Si vous n'avez pas de codes d'accès, inscrivez-vous ! C'est gratuit et rapide.

S'inscrire

Midnight Crossroad (Steve Cuzor-2012)

Commentaires

Edouard

26

6653

 

Commentaire | Version: 1 | Dernière modification:

Désormais accompagné de Suzy qu’il a rencontrée au hasard de ses vagabondages, Huck n’a qu’une idée en tête : retrouver Charley, son compagnon de voyage. Lorsqu’ils se sont rencontrés, Charley voulait devenir une star de la musique. Huck cherche donc du côté de Memphis, patrie du blues. Arrivé sur place, il reconnaît Charley sur une affiche. Celui-ci se fait désormais appeler Lucius No Finger – son nom de scène – mais reste introuvable car il semble avoir pas mal de problèmes et est recherché par des personnes qui ne sont pas que des fans en délire…
Avec ce troisième tome, c’est la fin du premier cycle de O’Boys. Ce n’est cependant pas la fin de l’histoire et c’est tant mieux tant on prend un plaisir fou à découvrir les aventures de Huck Finn. Au niveau du scénario d’abord car cette chasse à l’homme, commencée dans le second tome se poursuit longuement dans le troisième sans jamais lasser, bien au contraire, puisqu’elle fait apparaître des personnages récurrents pas toujours sympathiques. Est-ce le talent des auteurs, sans doute, mais on se réjouit de toutes ces embûches semées sur le chemin de Huck. Ce n’est pas qu’on lui veuille du mal, non, on sait qu’il va s’en sortir et on est curieux de savoir comment.
Les protagonistes de l’histoire sont tous très réussis, prime à Charley et Huck, les deux héros de l’aventure, mais aussi à Suzy pleine de charme – ah cette scène dans le fast-food !! – et au shériff de Morgan City, persévérant dans l’effort, mais pas toujours du bon côté de la loi, en dépit de son grade.
Enfin les dessins sont extraordinaires. Il suffit déjà de jeter un coup d’œil sur les couvertures impeccables et d’un réalisme incroyable. Souvent les planches déçoivent un peu. Pas ici, où elles poursuivent dans le même registre. On croirait que les auteurs ont remonté le temps pour vivre au siècle dernier et nous ramener des paysages ahurissants de beauté. Quant aux traits des visages, ils sont réalistes et nul dialogue inutile n’est besoin pour la scène. Les dessins sont des discours à eux seuls !!
Courrez vite vous procurer la série. Et réjouissez-vous, il y en aura d’autres !!

Un coup de pouce pour ce texte ?
0

< Retour au CritiScope | Retour au TOP