Fermer

Merci de saisir vos codes d'accès...

  Se connecter
Pseudo
Mot de passe
  (Oublié votre pseudo ou mot de passe ?)

Si vous n'avez pas de codes d'accès, inscrivez-vous ! C'est gratuit et rapide.

S'inscrire

Middle-earth Shadow of Mordor (Monolith Productions-2014)

Commentaires

Massimo

95

299

Note: 9.2

 

Commentaire | Version: 1 | Dernière modification:

Je ne voulais pas acheter ce jeu, de peur qu'il ne me casse ma vision de l'oeuvre de J.R.R. Tolkien. Cependant, à force d'en entendre de bons échos, j'ai décidé de l'acheter. Je me suis retrouvé avec un produit abouti et de bonne facture donnant envie d'y rejouer même après l'avoir fini. l'histoire se case parfaitement dans la chronologie de la terre du milieu, et certains objets bonus trouvables dans le monde feront plaisir en augmentant la compréhension de la complexité du monde de Tolkien. On se surprend à sourire quand on trouve un artefact parlant des istari: les 5 mages dont Gandalf Saruman et Radaghast sont connus. On retrouve le bâton d'un des deux mages bleus perdus il y a longtemps dans le mordor.

Le seul bémol est surement sa durée de vie, déjà courte si l'on veut terminer le jeu à 100%, devient beaucoup trop courte si on tente de terminer toutes les quêtes histoire, ce qui est possible assez facilement.

le système d'armée est absolument inédit et, ici, très bien maîtrisé, il s'agit d'affaiblir l'armée en tuant des chefs de guerre et des capitaines pour mettre ses propres soufifres en haut de l'échelle, pour ainsi contrôler l'armée de Sauron. Les autres systèmes comme l'arbre de compétences, et les runes pour les armes sont aussi de très bons systhèmes

Le gameplay est un mélange de assassin's creed et de Batman, seuls les meilleurs aspects sont gardés, permettant ainsi au jeu d'être dynamique et agréable

Fans du seigneur des anneaux et fans de jeux vidéos ne peuvent qu'aimer ce jeu, qui même si trop court permet un aventure magique dans un monde ouvert très grand. Un jeu qui en vaut la peine

Un coup de pouce pour ce texte ?
0

< Retour au CritiScope | Retour au TOP