Fermer

Merci de saisir vos codes d'accès...

  Se connecter
Pseudo
Mot de passe
  (Oublié votre pseudo ou mot de passe ?)

Si vous n'avez pas de codes d'accès, inscrivez-vous ! C'est gratuit et rapide.

S'inscrire

JoBill

La supplication : tchernobyl, chroniques du monde après l'apocalypse (Svetlana Alexievitch-1998) La supplication : tchernobyl, chroniques du monde après l'apocalypse (Svetlana Alexievitch-1998)

 

 

 

 Caractéristiques
Emotions
Drôle 0.0 
 
Emouvant 6.0 
 
Palpitant 1.0 
 
Effrayant 6.0 
 
Écœurant 6.0 
 
Érotique 0.0 
 
Sensations
Plaisant 2.0 
 
Captivant 4.0 
 
Agaçant 0.0 
 
Déstabilisant 6.0 
 
Touchant 6.0 
 
Enjeux culturels
Incontournable 6.0 
 
Original 4.0 
 
Imaginatif 0.0 
 
Artistique 0.0 
 
Militant 6.0 
 
Commercial 0.0 
 
 Évaluations
MOYENNE
MOYENNE 6.5 
 
× 1.0
Goût personnel
Goût personnel 7.0 
 
× 1.0 
Histoire / propos
Histoire / propos 7.0 
 
× 1.0 
Sujet    
Histoire    
Personnages    
Raisonnement    
Documentation    
Style
Style 5.0 
 
× 1.0 
Originalité    
Écriture    
Dramaturgie    
Structure    
Style/contenu    
Traduction    
Sens/contenu
Sens/contenu 7.0 
 
× 1.0 
Titre    
Intentions    
Discours    
Démarche artistique    
Genre    
 Mini-sondage
Âges concernés
18 à 100 ans
Pour qui ?
Pour un public averti
Combien de fois ?
1 fois
Pourquoi ?
Le sujet / l'histoire
Par qui ?
Par moi-même
J'y pense ?
Un peu
 Commentaire

Statut : Commentaire
Version : 1 | Dernière modif : 2010/01/01 17:18:11 GMT+0100

Le souvenir que je peux avoir de Tchernobyl, ce sont des images filmées d'hélicoptères, mais bien évidemment jamais d'images au sol. Avec ce livre, nous nous retrouvons à terre, auprès des gens qui ont directement vécus l'accident parce que tout simplement ils vivaient là. Des personnes de toutes classes sociales apportent ici leurs témoignages, de modestes locaux, des militaires, des scientifiques. Quasiment la totalité de ce mélange hétéroclite de personnes compare ces événements à la guerre, que cela soit la seconde guerre mondiale ou bien encore la guerre d'Afghanistan, et tous sont à dire qu'ils préféraient la guerre à ce qu'ils ont connu avec cet accident nucléaire, parce qu'avec la guerre, au moins ils savaient contre quoi il se battaient et ils savaient comment ils pouvaient mourir.
La pluralité des origines de toutes ces personnes donne un texte hétérogène très intéressant, chacun trouvant des mots bien spécifiques à leur expérience d'une chose commune. Tous, sans exception, à leur niveau, perçoivent le ridicule des méthodes de traitement de la crise par les autorités du moment.
On passe d'un témoignage d'amour extraordinaire, à la terrible description, assez crue, de certains effets sur des personnes directement exposées aux radiations.
L'accumulation des témoignages fait que la lecture finit par être très lourde et difficile à poursuivre, c'est le principe du livre et cela ne s'arrête jamais. Le lecteur est tout simplement écrasé par tout ce que ces gens ont pu traverser durant cette catastrophe et l'on se retrouve ému au plus au haut point par l'humanité qui transpire de bon nombre de ces textes.

 Plus / moins