Fermer

Merci de saisir vos codes d'accès...

  Se connecter
Pseudo
Mot de passe
  (Oublié votre pseudo ou mot de passe ?)

Si vous n'avez pas de codes d'accès, inscrivez-vous ! C'est gratuit et rapide.

S'inscrire

JoBill

The limits of control (Jim Jarmush-2009) The limits of control (Jim Jarmush-2009)

 

 

 

 Caractéristiques

 Évaluations
MOYENNE
MOYENNE 6.9 
 
× 1.0
Goût personnel
Goût personnel 7.0 
 
× 1.0 
Scénario
Scénario 5.0 
 
× 1.0 
Sujet    
Histoire    
Narration    
Personnages    
Dialogues/textes    
Documentation    
Acteurs
Acteurs 6.0 
 
× 1.0 
Acteurs principaux    
Acteurs secondaires    
Choix du casting    
Doublage/voix off    
Aspects visuels
Aspects visuels 9.0 
 
× 1.0 
Eclairage, cadrage    
Décors, paysage    
Costumes, maquillages    
Cascades, effets    
Style du dessin    
Animation    
Musique et son
Musique et son 8.0 
 
× 1.0 
Musiques    
Ambiance et effets    
Réalisation
Réalisation 8.0 
 
× 1.0 
Mise en scène    
Montage    
Entreprise globale    
Style/contenu    
Sens/contenu
Sens/contenu 5.0 
 
× 1.0 
Titre    
Intentions    
Discours    
Démarche artistique    
Genre    
 Mini-sondage
Âges concernés
16 à 100 ans
Pour qui ?
Pour tous
Combien de fois ?
1 fois
Pourquoi ?
Le réalisateur
Par qui ?
Infos/actus
J'y pense ?
Pas du tout
 Commentaire

Statut : Commentaire
Version : 1 | Dernière modif : 2010/01/12 11:54:21 GMT+0100

On retrouve dans ce Jarmush la fascination qu'il peut avoir pour les plans posés, mais poussée à son paroxysme. Ce film est un album de photos cadrées avec minutie que (surtout) rien ne vient justifier, à aucun moment.
Ce film peut être perçu comme un pure objet cinéma, la fiction est réduite à son minimum, mais à la vue des images, c'est peut être presque déjà trop : les événements s'emboîtent (finalement) peu à peu comme pour amener de l'eau à un moulin qui n'existerait pas. L'ensemble est alors difficilement accessible mais reste intéressant à voir pour toute personne cliente de Jarmush. On peut rester dubitatif quant au but recherché (Jarmush++ ?), mais on garde une certaine interrogation, voir un début de fascination une fois le film refermé.

 Plus / moins