Fermer

Merci de saisir vos codes d'accès...

  Se connecter
Pseudo
Mot de passe
  (Oublié votre pseudo ou mot de passe ?)

Si vous n'avez pas de codes d'accès, inscrivez-vous ! C'est gratuit et rapide.

S'inscrire

Edouard

Le Pavillon des Plaisirs (Ana Mirallès-2010) Le Pavillon des Plaisirs (Ana Mirallès-2010)

 

 

 

 Caractéristiques

 Évaluations

 Mini-sondage

 Commentaire

Statut : Commentaire
Version : 1 | Dernière modif : 2010/12/19 22:43:56 GMT+0200

Jade est en Inde. La mère du maharadjah d’Eschnapur, la rani Bashodra, a fait appel à ses services pour que sa belle-fille Tamila soit formée par la djinn afin que les secrets d’alcôve ne lui échappent pas, et qu’elle conserve une certaine maîtrise de la situation. Cependant Tamila semble jouer double jeu puisqu’elle est la fille de Radjah Sing, colonel redoutable qui s’oppose à la colonisation anglaise et dont la tête est mise à prix. La rani, qui déteste les ‘envahisseurs’ Anglais, semble aussi garder un secret au plus profond d’elle-même. Si elle s’interroge sur leurs comportements étranges, Jade n’en a cure et commence la formation de Tamila, au pavillon des plaisirs.
Bande dessinée destinée à un public averti, Djinn est une histoire qui se mange crue. L’érotisme est de rigueur et ce sont souvent des histoires d’initiation au sexe, aux plaisirs, non sans manipulation de chacun, et notamment de la Djinn, redoutable et magnifique séductrice.
Pour autant est-ce une BD qu’il faut lire de toute urgence ? J’avoue que je ne sais pas très bien. Plutôt que l’instrument, le lecteur a parfois l’impression que le physique de Jade est prétexte à l’histoire, basée autour de cette djinn. C’était vrai pour le cycle ottoman. C’était moins vrai pour le cycle africain dont le tome 9, Le Roi Gorille, était une merveille de poésie. Ici, le cycle indien commence assez mollement – à la décharge des auteurs, il faut certes que tout se mette en place. Les dessins sont superbes, autant les personnages que les paysages. Cependant, au niveau du scénario, on ne sait pas très bien si ce sera ‘du cul du cul’ ou une belle histoire. Avec Dufaux à la baguette, le doute est cependant relatif...
Attendons le tome 11 pour savoir si chacun y trouvera son plaisir et visitons le pavillon en toute quiétude.

 Plus / moins