Fermer

Merci de saisir vos codes d'accès...

  Se connecter
Pseudo
Mot de passe
  (Oublié votre pseudo ou mot de passe ?)

Si vous n'avez pas de codes d'accès, inscrivez-vous ! C'est gratuit et rapide.

S'inscrire

Edouard

Benoît (Simon Andriveau-2008) Benoît (Simon Andriveau-2008)

 

 

 

 Caractéristiques

 Évaluations

 Mini-sondage

 Commentaire

Statut : Commentaire
Version : 1 | Dernière modif : 2011/02/27 22:32:09 GMT+0200

Quelque part en mer – 1666. Benoît et Alphonse ont dû fuir leurs amis tziganes pour sauver leur peau. Ils sont maintenant sur un vaisseau en partance pour les Caraïbes. Moplai a tout arrangé avec le capitaine du navire avant de s’enfuir sur l’embarcation de sa mystérieuse complice. Leur voyage est payé. Pourtant, arrivés aux Antilles, les deux compères doivent rapidement déchanter. Ils sont vendus à un riche propriétaire local pour trois ans. Pendant ce laps de temps, ils devront trimer comme des esclaves.
Simon Andriveau pourra se vanter avec le Grand Siècle de faire voyager le lecteur à travers l’Histoire de France. Si le premier tome avait un cadre très hexagonal avec le mystère des preuves concernant Louis XIII et l’autopsie pratiquée sur celui-ci, le second volume s’en éloigne totalement et nous parle des Antilles. Pas de façon positive puisque c’est le côté sombre de la période de ces îles d’outre-mer, l’esclavagisme, qui nous est conté là.
Les protagonistes du Grand Siècle sont tous très marquants. Après un premier opus consacré à Alphonse, clochard au grand cœur, voici Benoît passé au crible. En attendant un très attendu Moplai espéré bientôt. Si Alphonse paraît usé dans ce second tome, Benoît est encore plein de vie malgré les épreuves qu’il traverse. D’ailleurs il permet au lecteur de respirer un peu à chacune de ses (bonnes) décisions. Il écoute Moplai, il part de ces camps de travail… On le sent libre même si on sent bien quelque manipulation derrière tout cela. A la fin de ce second volume, ce dernier aura bien changé, aura muri.
Le scénario très solide est renforcé par des dessins superbes. Ils dépeignent plus une atmosphère qu’ils ne la décrivent réellement. Et comme l’ambiance est très bien rendue, souvent pesante, mais dans le bon sens du terme, le pari est gagné.
Une BD confidentielle – elle n’a pas fait l’objet d’une grande publicité – à découvrir. Que vous soyez grand voyageur, amateur d’histoire, fan de pirates ou tout simplement bédéphile, vous y trouverez votre compte.

 Plus / moins