Fermer

Merci de saisir vos codes d'accès...

  Se connecter
Pseudo
Mot de passe
  (Oublié votre pseudo ou mot de passe ?)

Si vous n'avez pas de codes d'accès, inscrivez-vous ! C'est gratuit et rapide.

S'inscrire

Edouard

Une Aventure en Pays Dogon (Beka-2011) Une Aventure en Pays Dogon (Beka-2011)

 

 

 

 Caractéristiques

 Évaluations

 Mini-sondage

 Commentaire

Statut : Commentaire
Version : 1 | Dernière modif : 2011/03/27 21:24:07 GMT+0200

Afrique - Pays Dogon. Il ne pleut plus depuis quelques temps déjà et les habitants sont inquiets pour leurs récoltes. Les prévisions du chacal sont pessimistes, la cérémonie de la société des masques inefficace. Amakala et son ami Iéména décident alors de partir du village avec le crochet à nuages. Ils sont persuadés que le crochet est mal placé et qu’il doit entrer directement en contact avec les nuages pour que la pluie tombe enfin.
Qu’elle est belle cette histoire ! Belle parce qu’elle nous fait plonger dans les habitudes et coutumes d’un peuple, les Dogons, qu’on ne connaît pas forcément très bien, voire même pas du tout. Ces coutumes peuvent paraître naïves ou enfantines aux occidentaux que nous sommes. Et pourtant, elles sont décrites et dépeintes non de façon à ce qu’on se moque, mais plutôt de manière à les partager, avec respect. Et on y croit, ça marche ! On sourit certes, cependant c’est à cause de nombreux traits d’humour. Ce n’est surtout pas de la méchanceté.
Belle parce que le jeune héros, Amakala, aidé de son ami Iéména, est un enfant. Donc en termes d’innocence et de naïveté, il en est le symbole. Et ces coutumes, ces traditions, il les comprend tout à fait et tente de les détourner dans son langage, dans sa candeur enfantine afin d’aider son villages, ses parents. Et si cela ne se passe pas toujours très bien, il aura fait preuve d’un grand courage, d’un grand dévouement.
Les dessins de ce conte sont légers et accessibles à tout lecteur sans être simplistes. Les paysages sont magnifiques – les plaines désertiques sont notamment impressionnantes -, et les traits des personnages sont bien précis. Nul besoin de narration, les expressions des visages parlent d’eux-mêmes.
Une très belle bande dessinée de 48 pages destinées à tous les âges. Tant adultes qu’enfants trouveront dans cette histoire un plaisir immense.

 Plus / moins