Fermer

Merci de saisir vos codes d'accès...

  Se connecter
Pseudo
Mot de passe
  (Oublié votre pseudo ou mot de passe ?)

Si vous n'avez pas de codes d'accès, inscrivez-vous ! C'est gratuit et rapide.

S'inscrire

Edouard

Le bras du chapitre (André Benn-2011) Le bras du chapitre (André Benn-2011)

 

 

 

 Caractéristiques

 Évaluations

 Mini-sondage

 Commentaire

Statut : Commentaire
Version : 1 | Dernière modif : 2011/04/03 23:05:16 GMT+0200

Paris – début XXème siècle. Valentine revient à Paris dans la maison de sa mère suite à la promesse qu’elle lui a faite juste avant qu’elle ne meure. Sur le navire qui la ramène en France, elle se lie d’amitié avec Jeanne dont le père est spécialisé dans la construction de moteurs d’aéroplane. Elle rencontre les frères Delaroche, Emile et Lucien, deux pilotes. Elle ne les laisse pas indifférents. Et Valentine tombe aussi sous le charme de ces deux hommes. Lequel va-t-elle choisir ?
Il y a des séries à tiroirs dont on ne voit jamais la fin. Et d’autres dont on ne voudrait jamais qu’elles s’arrêtent. Nous sommes dans le second cas ici. On espérait, on s’attendait à une série à suite, et on se rend compte qu’il ne s’agit que d’un diptyque. Quel dommage !! On s’attachait vraiment à Valentine, personnage sympathique luttant à sa manière pour l’émancipation de la femme. Et finalement il faut déjà lui dire au revoir.
Le premier tome dans le Grand Nord était excellent, rude comme le froid du Yukon, et drôle comme les rapports de Valentine avec les Inuits. Le second opus s’annonçait plus délicat : il n’y aurait plus d’effet de surprise par rapport à la qualité de l’ouvrage, et surtout comment allait-elle réagir dans la capitale française. Ma foi bien ! Maniant parfaitement l’humour et la gravité de certaines scènes, Benn nous promène dans un Paris du siècle dernier dépeint de façon très réaliste, et dont les personnages sont tous attachants.
L’ambiance est légère, presque frivole, cependant Benn n’oublie pas de s’appesantir sur des sujets plus sérieux : libération de la femme, maladie et mort. Tout ceci est fait délicatement car Valentine est un tel rayon de soleil que le lecteur ne s’aperçoit quasiment de rien.
Un diptyque a posséder dans sa bibliothèque !On espère que Valentine nous donnera encore des nouvelles sous quelque forme que ce soit.

 Plus / moins