Fermer

Merci de saisir vos codes d'accès...

  Se connecter
Pseudo
Mot de passe
  (Oublié votre pseudo ou mot de passe ?)

Si vous n'avez pas de codes d'accès, inscrivez-vous ! C'est gratuit et rapide.

S'inscrire

Edouard

Les Temps nouveaux (Eric Warnauts-2011) Les Temps nouveaux (Eric Warnauts-2011)

 

 

 

 Caractéristiques

 Évaluations

 Mini-sondage

 Commentaire

Statut : Commentaire
Version : 1 | Dernière modif : 2011/04/03 23:09:08 GMT+0200

Belgique – 1938. La Deuxième Guerre Mondiale approche, on le sent, car l’Allemagne nazie multiplie les provocations en annexant des territoires. C’est le moment qu’a choisi Thomas pour revenir au pays. Il y retrouve Alice, son amour de jeunesse. Cependant les temps ont bien changé et Alice a épousé Charles, son frère, et lui a fait deux beaux enfants. S’il ne l’a pas oublié, il est maintenant avec Assunta une communiste espagnole au caractère bien trempé. Elle reproche à Thomas et aux Belges en général de laisser les fascistes prendre le pouvoir.
Cette BD destinée à un public adultes–vieux adolescents est menée de main de maître par le tandem Warnauts-Raives dont l’association bédéphile a donné lieu à de nombreux ouvrages tels, notamment, Lou Cale ou Les Suites Vénitiennes. Il s’agit ici d’un diptyque d’inspiration historique sur la montée du fascisme en Europe qui entraîna la Seconde Guerre Mondiale. Y a-t-il un message particulier que ces deux là veulent faire passer, toujours est-il que ce récit est diablement d’actualité, et ses situations rappellent forcément quelque chose.
A cette histoire très politique s’ajoutent une histoire d’amitié et plusieurs histoires d’amour qui s’entremêlent. Des histoires dépeintes tout en pudeur, avec beaucoup de non-dits. Et beaucoup d’humour léger, notamment avec Joseph, personnage iconoclaste, curé et meilleur ami de Thomas.
Pour les dessins, tout est très réaliste. On ressent la Belgique de l’époque dans ces cases, avec de somptueux paysages de campagne qui contrastent de façon saisissante avec la tension de l’approche de la guerre. Comme si ce village n’avait rien à voir avec tout cela, qu’il fallait laisser tranquille ces habitants. Les dessins sont pastellisées, et comme couleurs c’est l’ocre et le bleu qui sont les plus abondantes. En attendant, peut-être, le rouge sang…
Des temps nouveaux pas très gais, cependant il d’agit là d’une BD à découvrir. Superbe !

 Plus / moins