Fermer

Merci de saisir vos codes d'accès...

  Se connecter
Pseudo
Mot de passe
  (Oublié votre pseudo ou mot de passe ?)

Si vous n'avez pas de codes d'accès, inscrivez-vous ! C'est gratuit et rapide.

S'inscrire

Edouard

 (Cyril Bonin-2011) (Cyril Bonin-2011)

 

 

 

 Caractéristiques

 Évaluations

 Mini-sondage

 Commentaire

Statut : Commentaire
Version : 1 | Dernière modif : 2011/07/17 23:34:01 GMT+0200

France – Début XXème. Séraphine Dambroise part à la recherche de sa tante qu’elle pense être en danger. L’inspecteur l’accompagne. Lui soupçonne qu’Alma Dambroise est à l’origine de tous ses ennuis et que c’est elle-même qui a volé ses tableaux. Reste à en trouver la raison. Cette affaire ne laisse personne indifférent car plusieurs personnages mystérieux suivent la même piste.
La deuxième partie et la fin de l’enquête sur un vol de tableaux menée dans une France du début du siècle dernier. La reconstitution de l’époque est impeccable, du moindre détail vestimentaire au bibelot laissé çà ou là, sur une cheminée ou dans une chambre. On se régale, on se croit revenu dans les années 1900. Le dessin y contribue beaucoup, désuet mais beau, aux forts accents d’ocre, comme si le lecteur avait dans ses mains un vieux parchemin jauni (d’ailleurs la texture du papier est aussi particulière, plutôt rigide, et il en va aussi de la couverture).
Si esthétiquement cette bande dessinée est un bijou, question scénario, le lecteur n’est pas déçu. L’enquête est rondement menée avec son lot de rebondissements pertinents. On comprend et on découvre la solution en même temps que les protagonistes de l’histoire qui ont tous un petit quelque chose qui les rend attachants : timidité maladroite (l’amoureux de Séraphine), bêtise vulgaire (le grand-père), classe discrète (l’inspecteur), fausse tranquillité (Alma).
Une Chambre obscure qui mériterait décidément un peu plus de lumière chez tout bon libraire près de chez vous.

 Plus / moins