Fermer

Merci de saisir vos codes d'accès...

  Se connecter
Pseudo
Mot de passe
  (Oublié votre pseudo ou mot de passe ?)

Si vous n'avez pas de codes d'accès, inscrivez-vous ! C'est gratuit et rapide.

S'inscrire

Edouard

Indien, mon frère (Willy Lambil-2011) Indien, mon frère (Willy Lambil-2011)

 

 

 

 Caractéristiques

 Évaluations

 Mini-sondage

 Commentaire

Statut : Commentaire
Version : 1 | Dernière modif : 2011/11/13 22:27:58 GMT+0200

Le 22ème de cavalerie est en manque de cheval – c’est un comble. Pour en trouver, il faut aller au Texas. Cependant, deux problèmes : ce territoire n’appartient pas encore à l’union et grouille de confédérés ; et il grouille aussi de Comanches et Kiowas, tribus indiennes assoiffées de sang. Deux volontaires – le sergent Chesterfield et le caporal Blutch, bien sûr - sont envoyés sur place. Ils vont directement à Fort Bow chercher Plume d’Argent et tenter de voir Amélie, la fille du colonel.
55 albums dèjà des Tuniques Bleues !! 55 !! Quand certaines séries s’épuisent, d’autres demeurent et passent entre les mains de différentes générations sans prendre un coup de vieux. Il n’y a qu’à voir les files d’attente lors de dédicaces de ces deux auteurs chevronnés, on y trouve vraiment tous les âges. Le succès des Tuniques Bleues ne se dément pas.
Il faut dire que le scénario est toujours bien rodé, partant d’une idée finalement assez simple mais jamais identique. Pas de scénario éculé, donc, bien au contraire. On y trouve même toujours un fonds partiellement ou totalement historique qui donne encore plus de relief à la lecture. En parlant de relief, avec l’apparition de ce fameux frère, le côté émotion est même plus développé que d’habitude et le sourire du lecteur disparaît parfois à cause de cette ambiance étrange pour nos Tuniques Bleues. On rit encore beaucoup, certes, mais pas toujours.
Au niveau des personnages, si on adore la guéguerre quasi-fratricide entre Chesterfield et Blutch, on adore revoir les protagonistes récurrents tels, ici, Plume d’Argent, le colonel Appletown et sa fille et Loup Gris. Enfin les dessins toujours aussi agréables et sont un régal pour les yeux. Surtout pour ceuxqui, comme moi, sont quasiment nés avec cette série.
Une cinquante-cinquième aventure vraiment réussie. A ranger à côté des épisodes précédents dans la bibliothèque.

 Plus / moins