Fermer

Merci de saisir vos codes d'accès...

  Se connecter
Pseudo
Mot de passe
  (Oublié votre pseudo ou mot de passe ?)

Si vous n'avez pas de codes d'accès, inscrivez-vous ! C'est gratuit et rapide.

S'inscrire

Edouard

Amère patrie (Frédéric Blier-2011) Amère patrie (Frédéric Blier-2011)

 

 

 

 Caractéristiques

 Évaluations

 Mini-sondage

 Commentaire

Statut : Commentaire
Version : 1 | Dernière modif : 2012/06/03 21:56:02 GMT+0200

1917 – Chemin des Dames. La Première Guerre mondiale fait rage. Les Français résistent tant bien que mal dans les tranchées à l’envahisseur allemand. Trois hommes se sont rapprochés au fur et à mesure des combats. Il y a Jean Gadois, Ousmane Dioum et Gervais Coudere. Trois destins unis par les doigts de la main, trois destins tragiques, à commencer par Jean Gadois, condamné à mort pour désertion alors qu’il ne cherchait qu’à regagner ses lignes après une permission avec sa fiancée…
On comprend vite le amère de Amère patrie. Enfin non pas très vite car on oublie le titre. La compréhension arrive une fois l’ouvrage refermé. Et là, on se dit : « Wouaouw, quel beau titre ! ». Amère patrie est un hommage pour tous ces hommes, condamnés à mort injustement, gueules cassées, ou indigènes loin de leur pays qui se sont sacrifiés pour la France sans obtenir, loin s’en faut, la reconnaissance et les conséquences, lourdes pour les proches qui s’ensuivent. Ici, c’est la veuve de Jean Gadois qui tente de le faire réhabiliter. Là, c’est Ousmane Dioum qui abat des tâches ingrates pour tenter de regagner son pays. Et pour les deux destins, un véritable chemin de croix.
Le scénario est tenu de main de maître. Pas de récit larmoyant, ce serait trop facile, juste des faits, des comportements qui montrent au lecteur l’injustice de la France ou de son peuple – Clovis Gadois, qui n’a jamais connu son père en bave chaque jour devant les moqueries de ses camarades. Quant aux dessins, ils ne laissent pas de place pour une respiration. Ils sont durs et sombres, et amènent une très belle fin, pas cousue de fil blanc pour autant…
Un très bel ouvrage sorti en toute discrétion pour tous, que vous soyez historien en herbe ou amoureux des belles – mais tragiques – histoires.

 Plus / moins