Fermer

Merci de saisir vos codes d'accès...

  Se connecter
Pseudo
Mot de passe
  (Oublié votre pseudo ou mot de passe ?)

Si vous n'avez pas de codes d'accès, inscrivez-vous ! C'est gratuit et rapide.

S'inscrire

Edouard

Valentine (Vanyda-2012) Valentine (Vanyda-2012)

 

 

 

 Caractéristiques

 Évaluations

 Mini-sondage

 Commentaire

Statut : Commentaire
Version : 1 | Dernière modif : 2012/09/02 19:43:11 GMT+0200

Valentine est en classe de Troisième et est amoureuse de Félix. Timide, elle n'ose pas l'aborder et reste avec son groupe d'amies fidèles: Yamina la sage, Julie l'influençable et Emilie, qui n'en fait qu'à sa tête. Malgré leur présence, elle paraît s’ennuyer.
Difficile de chroniquer un ouvrage qu’on a déjà critiqué sous une autre forme, la forme originale. Valentine était en effet l’héroïne de la trilogie Celle que… ‘je ne suis pas’, ‘je voudrais être’, ‘je suis’, qui était à mon sens une petite merveille qui décrivait le monde des adolescentes en s’intéressant à l’une d’entre elles, Valentine justement, personnage qui se cherche.
Le contenu est le même mais la forme a changé. Ce ne sont plus trois tomes en noir et blanc, mais six en couleur. L’histoire est aussi touchante car Valentine irradie par sa présence, même si elle est maladroite ou empruntée. On ne parlera donc pas du fond de l’histoire, absolument impeccable, et on redira encore une fois qu’ il est à conseiller aux parents en peine avec leur progéniture, voire même à ladite progéniture car c’est une vraie bonne bande dessinée.
On parlera juste de cette nouvelle forme. Au départ, sans doute, l’éditeur ne s’attendait pas à un tel succès de la série de Vanyda. Profitant de celui-ci, les éditions Dargaud ont décidé de rééditer l’histoire de Valentine sous un format plus grand, plus coloré, et donc plus cher, arguant la couleur pour les ‘réfractaires’ au noir et blanc. Le noir et blanc apportait au contraire beaucoup à l’intimité de Valentine, à la lenteur du temps qui passe, à l’ennui, ce qu’il n’y a plus ou moins ici en couleurs. Et puis la couleur enlève un peu de rêve et d’imagination au lecteur.
On espèrera que l’éditeur est de bonne foi en pensant à ces réfractaires au noir et blanc, mais on ne peut / pourra s’empêcher de penser qu’il y avait un évident coup marketing ici. On conseillera de nouveau tout simplement la lecture de cette Valentine en insistant sur le fait qu’il faut se la procurer en version originale, en noir et blanc.

 Plus / moins