Fermer

Merci de saisir vos codes d'accès...

  Se connecter
Pseudo
Mot de passe
  (Oublié votre pseudo ou mot de passe ?)

Si vous n'avez pas de codes d'accès, inscrivez-vous ! C'est gratuit et rapide.

S'inscrire

Edouard

Une aube rouge (Darko Perovic-2012) Une aube rouge (Darko Perovic-2012)

 

 

 

 Caractéristiques

 Évaluations

 Mini-sondage

 Commentaire

Statut : Commentaire
Version : 1 | Dernière modif : 2012/09/02 19:49:22 GMT+0200

Louis Rose, seul rescapé d’Alamo, raconte les derniers jours du fort attaqué par le général Santa Anna et ses hommes, acte fondateur de l’état du Texas.
Difficile de s’attaquer à un mythe tel qu’Alamo. On a tous en tête Davy Crockett incarné par John Wayne et Jim Bowie campé par Richard Widmark, qui, blessé au moment du combat, s’est défendu dans son lit.
Conscients de cette mémoire collective, les auteurs ne voulaient pas être trop fidèles à la version originale. Louis Rose, originellement vétéran des guerres napoléoniennes, est ici un jeune quarantenaire intrigant et inquiétant. Et les Davy Crockett, Bowie et Travis sont très secondaires.
Que penser alors de cet Alamo ? Il est moins factuel que subjectif puisque raconté par Louis Rose. Il est efficace dans l’exposé des faits et l’action proprement dite. Et il offre un côté ‘complot externe’ et ‘politique’ loin de déplaire
On pourra cependant reprocher aux auteurs les visages pratiquement identiques de tous les protagonistes récurrents de l’ouvrage : il est difficile de faire la différence entre Rose, Travis, Bowie, etc…
Une bande dessinée certes intéressante mais quand on pensera à Alamo, seul le film viendra à l'esprit. Une BD donc pas indispensable.

 Plus / moins